Les infrastructures des marchés financiers entre stabilité et innovation

Dans son discours d'ouverture de rencontre annuelle de Sibos à Genève, Thomas Jordan, président de la Direction générale de la BNS, déclare que le défi que doivent relever les instances de réglementation et les banques centrales est de comprendre correctement et suffisamment tôt les conséquences, tant positives que négatives, des nouvelles technologies. Les instances de réglementation et les banques centrales sont tenues, d'une part, de garantir la sécurité des infrastructures des marchés financiers et, d'autre part, d'en promouvoir l'efficacité.

On peut imaginer, dit-il, que les informations propres aux titres soient traitées au moyen de registres distribués alors que le paiement des opérations continue à être réglé par un système central, c’est-à-dire traditionnel. «Cela dit, je ne crois pas que la décentralisation s’imposera dans toutes les fonctions et infrastructures des marchés financiers.»


Texte intégral